PRIMEURS


LA SEULE ÉCOLE DE QUÉBEC SPÉCIALISÉE UNIQUEMENT EN DANSES ORIENTALES (BALADI)


Costumes
Style & description de la danse
danse orientale

RAKS SHARKI (ou NIVEAU 1)

La danse orientale dans toute sa pureté. Aucun accessoire, rien que la danse.

Les bases de la technique sont excessivement importantes et c’est avec un sharki, danse souvent présentée sur scène ou dans un restaurant, que les cours débutent.
danse orientale DANSE  DU VOILE
danse orientale DANSE  DU VOILE

DANSE DU VOILE (ou NIVEAU 2)

On constate l'arrivée du voile lors de l'ouverture des premiers cabarets.  Les danseuses désirent produire plus d'effet durant leur prestation et commencent à utiliser le voile pendant leur numéro.

Les effets sont tels qu'il deviendra rapidement un incontournable de la danse orientale.
danse orientale tout acabit et de tout âge
danse orientale tout acabit et de tout âge

RAKS ASSAYA (ou NIVEAU 3)

On retrouve cette danse dans les villages égyptiens.

Vêtues de longues robes et d'une écharpe enserrant les hanches, les femmes de tout acabit et de tout âge, s'adonnent aux joies du maniement et de la maîtrise de la canne, nommée « assaya » en arabe.

RAKS TAKSIM (ou NIVEAU ARGENT)

Le taksim a été inventé par les musiciens pour prouver que leur danseuse était la meilleure.  Il est facile de faire n'importe quoi sur des rythmes rapides, du moment que ça bouge, ceux qui ne connaissent pas la danse orientale n'y voient que du feu mais c'est une autre histoire que de bouger sur une musique lente et sensuelle, sans perdre l'équilibre, tout en restant gracieuse.


Dans un numéro professionnel, le taksim est le moment attendu par les connaisseurs, et c'est lui qui démontre pleinement les talents réels de la danseuse.
danse orientale DANSE  DU VOILE
danse orientale DANSE  DU VOILE

DANSE DU VOILE (ou NIVEAU 2)

On constate l'arrivée du voile lors de l'ouverture des premiers cabarets.  Les danseuses désirent produire plus d'effet durant leur prestation et commencent à utiliser le voile pendant leur numéro.

Les effets sont tels qu'il deviendra rapidement un incontournable de la danse orientale.

RAKS MELAYA (ou NIVEAU ARGENT)

Cette danse théâtrale, venue d'Alexandrie, en Égypte, raconte généralement l'histoire d'une jeune femme allant au marché, marchant d'une façon sensuelle et coquine afin de réussir à rencontrer un éventuel futur époux.

Formidable pour développer l'expression.

RAKS SHAMADAN (ou NIVEAU ARGENT)

Le shamadan est un chandelier de trois étages que l'on porte sur la tête avec, bien sûr, des chandelles allumées.

Cette danse exige une grande maîtrise des mouvements car ceux-ci doivent être isolés de façon à onduler certaines parties du corps pendant que la tête, elle, reste immobile.

AILES D’ISIS (ou NIVEAU ARGENT)

Personne ne connaît exactement la provenance de cet accessoire de la danse orientale.

Tout ce que l’on sait, c’est qu’Isis, la déesse égyptienne de la maternité et de la fertilité, est représentée avec de longues ailes déployées en signe de protection.

Une chorégraphie exécutée avec les ailes d’Isis offre toujours une prestation magique et envoûtante, à laquelle personne ne reste insensible.

DANSE AU TAMBOURIN (ou NIVEAU ARGENT)

Dans l'Égypte ancienne, la musique et le chant accompagnaient les diverses activités de la vie quotidienne.

Le berger conduisait son troupeau en s'accompagnant d'une flûte et profitait d'un instant de détente pour jouer une mélodie à l'ombre d'un arbre. Des scènes de chasse nous montrent des femmes utilisant leur tambourin pour débusquer les oiseaux cachés dans les broussailles. L'usage du tambourin dans les danses folkloriques égyptiennes devient courant et synonyme de festivité.

SHARKI & SAGATTES (ou NIVEAU ARGENT)

Les sagattes sont les petites cymbales de métal que l'on met aux doigts.  Synonyme de joie et d'entrain, c'est l'apprentissage idéal pour
maîtriser les pas et mouvements tout en les rythmant.

C'est l'équivalent d'apprendre à jouer un morceau de musique tout en mémorisant une chorégraphie. De plus, cet instrument aide à placer les mains avec grande élégance.

DABKEH (ou NIVEAU ARGENT)

Le dabkeh (ou dabké) est une danse folklorique qu'on retrouve au Liban, en Syrie, Palestine, Jordanie, Irak et Turquie.   Il est dansé souvent lors des mariages et des banquets.  C'est une danse pleine de fougue et d'énergie, durant laquelle des pas rythmés sont frappés au sol.

Deux origines probables :
- Pour aplanir le toit de d'une maison, fait de terre et de branches, le propriétaire et ses voisins s'alignaient et, se tenant par la main, avançaient en rythmant leurs pas et en frappant le sol en cadence afin de mieux le compacter.

- Afin de se donner du courage pour aller à la guerre, les hommes se regroupaient et dansaient cette danse fougueuse en suivant leur chef qui imprimait à la danse, ses propres pas, sauts et frappes.

Quelle qu'en soit l'origine, il est vrai qu'il n'y a rien de mieux que cette danse pour donner un renouveau d'énergie à un corps fatigué.

DANSES TURQUES (ou NIVEAU ARGENT)

Les pas et mouvements de la danse orientale nous viennent d'Égypte mais les rythmes proviennent de la Turquie.

De plus, l'amour viscéral qu'Aïcha voue à ce pays font que plusieurs magnifiques morceaux de musique turcs sont choisis en fonction de la grande émotion qu'on peut y détecter.

Toutes sortes de danses turques, dont la danse des poupées, sont donc ainsi enseignées à l'Académie, au grand plaisir des élèves.

Partager :
Tous droits réservés © Académie de dance orientale de Québec – 2010 - 2017
Réalisation : Prodige Média

La danse orientale

X
Origines et avenues
Vertus thérapeutiques
Philosophie

Professeur

X
Aïcha
Pédagogie
En toute franchise
CV d'Aïcha
L'équipe

Spectacles

X
Offre de spectacle