PRIMEURS


La danse orientale : Un art aux vertus thérapeutiques


Dès la fin de ma toute première session d’enseignement, en 1996, une de mes élèves m’a abordée en me disant combien la pratique de la danse orientale (baladi) avait changé sa vie.
Étonnée, je lui ai alors demandé comment et j’ai appris qu’elle avait été violée mais qu’après plusieurs années de souffrance, elle avait décidé de prendre des cours afin de s’apprivoiser à nouveau.
Suite à ce viol, elle ne pouvait se regarder dans le miroir sans haïr ce corps qui avait « provoqué » cette douloureuse expérience.
Elle voulait occulter sa féminité de peur de subir à nouveau cette vile agression.
Au début des cours, elle avait un peu paniqué, remarquant que nous pratiquions devant les miroirs mais, semaine après semaine, elle en était venue à s’aimer de nouveau et à se trouver belle.


Une autre, un jour, me confia que son mari la violentait et que dès que je lui demandais de se regarder dans le miroir, afin d’analyser sa position, elle n’aimait pas cela du tout.
Mais instinctivement, elle savait qu’elle devait changer sa posture afin d’arriver à se faire confiance à elle-même.
Et cela arriva si bien, qu’après unintense travail d’analyse posturale, elle trouva la force de laisser son mari dans la semaine suivant cet exercice.
Comme j’étais fière d’elle!
Depuis, des expériences de toutes sortes m’ont été racontées... assez pour réaliser que la danse représente beaucoup plus qu’une façon de se mettre en forme.
Danser est un art aux vertus thérapeutiques.

 

 

Partager :
Tous droits réservés © Académie de dance orientale de Québec – 2010 - 2017
Réalisation : Prodige Média

La danse orientale

X
Origines et avenues
Vertus thérapeutiques
Philosophie

Professeur

X
Aïcha
Pédagogie
En toute franchise
CV d'Aïcha
L'équipe

Spectacles

X
Offre de spectacle