Complicité et non-jugement

Pour faire prendre conscience à une élève de son pouvoir et de sa toute nouvelle confiance en soi, rien ne vaut une belle complicité avec son professeur.

En effet, ce n’est qu’à la condition de ne pas se sentir jugée,  d’éprouver une sensation de sécurité, de sentir l’approbation de son prof, que l’on augmente son assurance en dansant.

Pour moi, il  est vraiment important de développer cette connivence et cette entente profonde avec mon élève.

Je sais que cela peut demander du temps à certaines d’entre elles car, souvent le passé de la personne joue un rôle dans la rapidité à éprouver cette sensation de bien-être ou pas…  Et il faut se donner ce temps. C’est primordial.

Mais, je suis là pour mes élèves et elles le savent.   Bonne journée, Aïcha 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *