Vivre le moment présent !

Quand l’auteur de mes jours est mort, j’ai tellement pleuré…  J’étais anéantie…

Cet homme possédait une oreille exemplaire.

Quand j’étais petit bébé, pendant que maman faisait la vaisselle dans la cuisine, il me prenait dans ses bras, faisait jouer des tonnes de disques et dansait avec moi jusqu’à ce que je m’endorme.

Je suis convaincue que je lui dois mon oreille musicale.

Et maintenant, mon papa n’était plus là…  Il me manquait tant.

Quand j’arrivais à l’académie, je devais me concentrer sur le moment présent pour donner mes cours.  Si je n’avais… ne serait-ce qu’une petite pensée pour lui, les larmes remontaient rapidement.

Désespérée, je m’accrochais de toutes mes forces à ce moment présent.  Et cela m’a aidé à passer au-travers ces moments difficiles puisqu’en dansant, je parvenais à penser à autre chose qu’à lui.

Au fil du temps, j’ai fait mon deuil…

La danse m’apporte une grande sérénité.  Quand je pratique un pas ou un mouvement, je suis attentive à ce que j’accomplis.  Je vis le moment présent et CELA, c’est un grand cadeau de la vie!

Rigueur, l’une des valeurs de l’Académie

Créer un miracle !

Directrice et enseignante, je suis reconnue comme une personne ne dérogeant pas de ses principes.  Je possède un souci scrupuleux des détails et j’applique ma propre méthode de travail.

On dit que les miracles n’existent pas mais la discipline et la rigueur sont d’excellents moteurs pour les créer!

La rigueur se doit d’être constante afin de favoriser une amélioration ponctuelle chez les élèves.

La technique « Nasala »

Tant qu’à payer pour apprendre, aussi bien apprendre comme il faut.  C’est pourquoi je n’ai pas hésité à inventer ma méthode, que j’ai baptisée « Nasala ».  Elle s’adresse aux élèves visuels, auditifs et kinesthésiques.

En arabe, on dit: « Hiss al nazar »  pour sens de la vue; « hiss al samaa » pour celui de l’ouie et « hiss al lamess » pour le sens du toucher.  La première syllabe de chacun de ces mots a été retenue pour donner le fameux « Nasala ».

Grâce à cet outil, non seulement les élèves apprennent rapidement mais ils apprennent correctement.

Amitiés sincères, Aïcha 🙂

Vaincre la violence conjugale…

Tête basse

J’avais une élève que j’aimais bien.  Elle se débrouillait bien avec les pas et mouvements que j’enseignais mais je la sentais très timide, sans grande confiance.

Un jour, je l’ai gardée afin de l’aider à surmonter un pas bien précis,  qui devenait sa bête noire.

Irrémédiablement, je la faisais recommencer et recommencer son déplacement.

Je l’avais placée devant le miroir et je répétais : « Regarde-toi…  Regarde-toi… »

À tous les coups, elle finissait par baisser la tête et fixer le plancher de ses yeux.  Dès que je voyais son menton pencher vers le bas, je lui disais immanquablement : « Recommence! »

Je la replaçais à son point de départ, je lui relevais la tête et je renouvelais ma demande :

« Avance vers ton image.  Regarde-toi.  Allez! »

Victoire

Au bout d’une bonne demi-heure, tout d’un coup, le miracle s’est produit.  Elle a respiré un grand coup, elle s’est plantée devant le miroir et je l’ai vue se redresser fièrement.

Alors, elle s’est mise à avancer, tout en se fixant des yeux, avec le port de tête d’une reine.

Elle s’est écriée, tout heureuse : « Je l’ai!  Je sens que je l’ai! »

Et, effectivement, elle m’a fait un beau sans faute!

Enfin libérée !

Quelques semaines, plus tard, elle m’annonçait qu’elle était victime de violence conjugale depuis des années et qu’elle venait de quitter son mari!  La pratique que nous avions eue ensemble lui avait démontré qu’elle avait le courage nécessaire pour foncer.

Je n’en revenais pas…

Plus qu’un simple exercice

Après toutes ces années, il m’arrive toujours de recevoir quelques confidences de ce genre et de constater une amélioration tangible chez ces élèves.  La danse orientale (baladi) ne nous fait pas faire QUE de l’exercice physique, elle perfectionne notre personnalité.

Et le plus  beau cadeau qu’une élève puisse me faire c’est de développer une complicité, qui n’a pas de prix, en me faisant confiance.  Amitiés, Aïcha 🙂