Les maudits miroirs !

Une image négative de soi-même…

Plusieurs étudiantes m’ont confiée ne pas être à l’aise avec les miroirs…

Je sais, je sais…  Ils renvoient l’image négative que vous avez de vous-même.

Avez-vous déjà pensé que cette négativité n’est que dans votre cerveau ?

Saviez-vous que les plus beaux mannequins du monde ont aussi des complexes ?

Mes meilleurs amis !

Je me sers de miroirs car ils sont devenus mes meilleurs amis.

Ce sont eux qui me révèlent que mon bras n’est pas à la bonne hauteur…  Que mon pied est mal pointé…  Que je me tiens sur les talons, donc penchée vers l’arrière…

Il faut absolument changer cette relation malsaine avec notre miroir et vous rappeler qu’il deviendra votre allié dans l’apprentissage de la confiance en vous et de la réappropriation de votre corps ainsi que de votre féminité.

Allez!  Tout le monde en place!  Devant nos miroirs!  Et bon apprentissage !  Aïcha 🙂

Complicité et non-jugement

Pour faire prendre conscience à une élève de son pouvoir et de sa toute nouvelle confiance en soi, rien ne vaut une belle complicité avec son professeur.

En effet, ce n’est qu’à la condition de ne pas se sentir jugée,  d’éprouver une sensation de sécurité, de sentir l’approbation de son prof, que l’on augmente son assurance en dansant.

Pour moi, il  est vraiment important de développer cette connivence et cette entente profonde avec mon élève.

Je sais que cela peut demander du temps à certaines d’entre elles car, souvent le passé de la personne joue un rôle dans la rapidité à éprouver cette sensation de bien-être ou pas…  Et il faut se donner ce temps. C’est primordial.

Mais, je suis là pour mes élèves et elles le savent.   Bonne journée, Aïcha 🙂

S’y retrouver parmi les écoles de baladi (partie 2)

Les élèves

Les élèves sortant de l’institution sont-ils connus (médaillés, par exemple) et

respectés ?

L’école fournit-elle des professionnels de qualité ?

 

 

L’innovation

L’entreprise est-elle chef de file en la matière ou passe-t-elle son temps à copier les innovations d’une autre ?

Facile de vérifier qui a copié qui.  Vérifiez  les dates des vidéos et   des documents présentés, par exemple.

Qualité

Les vidéos, les documents sont-ils bien faits ? Comportent-ils des fautes d’orthographe ? Sont-ils de qualité ? Tous ces détails vous expriment si l’entreprise possède ce souci du détail, essentiel aux produits de mérite.

Références

Quelles sont les références ? De qui viennent-elles ?

De la famille immédiate ou d’élèves réels, au profil différent, à l’histoire distincte.

C.V. des professeurs

Le professeur est-il décrit comme un chorégraphe ?Si vous le pouvez, assistez à un spectacle et observez les chorégraphies présentées.  Les pas et les mouvements

s’accordent-ils à la musique, au rythme ?  Le professeur jouit-il d’une reconnaissance en tant que chorégraphe ?

On parle de supervision pour d’éventuelles compétitions ?

Combien de médailles ont été gagnées par les élèves du professeur ?

On vous annonce l’enseignement d’une nouvelle danse très en vogue ? Où ont été formés les professeurs ?  Sont-ils qualifiés ? Ont-ils reçu une reconnaissance de leur apprentissage ?

Je me souviens d’une élève qui m’avait raconté avoir suivi trois ans de cours, allongée au sol !  Et oui, je vous jure que c’est vrai…  Le « professeur » improvisé disait que tant que les mouvements ne seraient pas bien exécutés au sol, les élèves ne danseraient pas sur leurs pieds !!!  J’étais totalement estomaquée et le pire, c’est que cette histoire m’est revenue à quelques reprises, racontée par des personnes différentes.

PRENDRE LE TEMPS

Oui, je suis consciente que les démarches dont je vous parle peuvent prendre un certain temps mais cela en vaut la peine car rien n’est pire que d’avoir à « désapprendre » quelque chose, parce que mal appris et, par conséquent, mal exécuté.

J’espère, malgré tout, que ces trucs divers vous rendront la recherche d’une bonne école plus facile!  Aïcha 🙂

 

Sirocco du Sérail

Sirocco est un vent chaud du désert; sérail est le harem du palais du sultan ottoman…  Ma troupe est donc un souffle brûlant venant du harem.

Mais, mieux encore, c’est une mini-communauté emplie d’amour, d’affection, d’empathie et d’entraide.  Ne fait pas partie de la troupe qui veut mais si vous êtes capable d’abnégation, si vous vivez d’humilité, elle est peut-être pour vous.

Car faire partie d’une troupe, c’est cesser de ne penser qu’à soi.  On doit agir pour le bien-être de toute l’équipe.  On doit aussi se rappeler d’oû on vient, que danser c’est aussi pratiquer.  Et c’est ce qui fait la force de la troupe Sirocco du Sérail.

J’adore ma troupe car ces jeunes femmes sont un peu comme mes propres enfants.  Qui s’assemble, se ressemble, dit-on.  La troupe est AMOUR et j’en suis fière.

Nous recrutons et nous ne le faisons pas sur la base de l’âge ou du physique.

Nous désirons des femmes qui ont du coeur au ventre; qui ont envie de travailler dur pour présenter les choses de la façon la plus parfaite qui soit.

Nous désirons des femmes de tout acabit car nous voulons changer les choses et nous désirons que la danse orientale (baladi) cesse d’être victime de préjugés. Nous voulons des femmes qui adorent danser et qui le montreront.

Voilà, la raison d’être de la troupe Sirocco du Sérail, à mes yeux.