Baladi, voile et malaise

LE LANCER DU VOILE !

Gamila, Nagwa et moi étions allées voir un spectacle de danse baladi organisée par une consoeur.

Par conséquent, les numéros défilaient les uns après les autres, les danseuses étaient bonnes et nous nous amusions énormément.

FIGÉE LÀ…

Arrive une jeune femme, marchant lentement vers le centre de la scène.  Elle s’installe et la musique commence. Continuer la lecture de « Baladi, voile et malaise »

LA BONNE ET LA MAUVAISE DANSEUSE

LE POUVOIR DE LA DANSE

En faisant des recherches sur la danse orientale, je suis tombée sur une expérience qui avait été menée chez des danseurs.  Les résultats s’avèrent plus qu’intéressants, c’est pourquoi je vous en fais part aujourd’hui.

Une équipe de chercheurs passionnés de l’Université de Northumbria, en Angleterre, a  lancé une étude sur le pouvoir de la danse.

Les danses de 39 danseurs ont été  préalablement modélisées grâce à une technologie 3D de capture des mouvements du corps.

57 hommes et 143 femmes avaient pour mandat d’analyser ces numéros.

Les chercheurs ont remarqué que les observatrices notaient comme primordial,  l’inclinaison de la tête et du torse chez le danseur mâle.

Toujours selon les résultats, les observateurs des danseuses réagissaient au balancement des hanches tout en déplaçant d’une certaine façon, les jambes et les bras.

BASSIN ÉGALE FERTILITÉ

De plus, les chercheurs constatèrent que le degré de balancement des hanches, le mouvement isolé des cuisses, tout comme celui des bras, contribuaient à la perception d’une danse de meilleure qualité.

Le bassin, qui évoque inconsciemment la fertilité, a eu sans surprise, le plus grand rôle.

Cependant, les hommes spectateurs réagissaient davantage aux mouvements des bras que sur ceux des jambes, au contraire des femmes spectatrices.

Le professeur en psychologie Nick Neave déclara à ce propos : « On soupçonne que la danse permet aux femmes non seulement de se montrer à leurs partenaires éventuels mais aussi à leurs rivales potentielles, si bien que les deux sexes utilisent des repères différents pour juger d’une femme lorsqu’elle danse ».

Il est à noter enfin que les danseuses qui en « font trop » n’ont pas eu la cote.  Les spectateurs, hommes et femmes, préfèrent la modération.

Le résultat est démontré sur la vidéo suivante qui démontre les mouvements, jugés mauvais de la première danseuse, suivis de ceux de la danseuse classée excellente. https://youtu.be/kq2lZNpwV64

Imaginez maintenant le pouvoir que vous obtenez en maîtrisant la danse orientale, le baladi.  Beaucoup de mes élèves m’ont relaté qu’elles ne dansaient plus de la même façon dans les bars, depuis qu’elles prenaient des cours de danse du ventre.

Leur danse était plus sensuelle et plus féminine.  Et, immanquablement, attirait le regard des hommes.

Passez une très belle journée! Aïcha 🙂

Ce pas que vous haïssez !

VOUS HAÏSSEZ CE PAS ? PRATIQUEZ-LE!!!

Quoi de plus vrai ?

Combien de fois ai-je vu des élèves de l’Académie de Danse Orientale de Québec, au bord du découragement, prêtes à tout lâcher, ressortir de la salle avec l’âme en liesse parce que je les avais prises près de moi et que j’avais entamé le « maudit » mouvement, qu’elles détestaient TELLEMENT, d’une façon lente mais précise?

Pas à pas, geste après geste, je les avais forcées à répéter le mouvement et à le répéter encore.

AUGMENTER LA CADENCE…

Puis, quand je sentais qu’elles évoluaient de mieux en mieux, j’augmentais tranquillement la cadence jusqu’à ce que leur cerveau apprivoise le pas et le fasse sien.

Retenez ce qui suit : « Vous haïssez un mouvement ?  PRATIQUEZ-LE! »

En danse du ventre, lorsque l’on n’aime pas un pas c’est parce que l’on ne le contrôle pas.

Répétez-le sans arrêt, vous apprendrez à le maîtriser.  Vous adorerez le baladi et sa multitude de mouvements magnifiques.

Passez une super de belle journée!  Aïcha 🙂