HISTOIRE DU BALADI – FIFI ABDOU

Fifi Abdou est née près du Caire d’un papa policier et d’une maman s’occupant déjà de 11 enfants.

Très jeune, elle admire Tahia Carioca et Samia Gamal dont elle imite leurs danses du ventre.

À l’âge de 12 ans, elle quitte sa famille et s’incorpore dans une troupe de danses folkloriques.  Ses parents se résignent et la laissent également travailler comme mannequin.

Dès l’âge de 13 ans, Fifi Abdou devient soliste dans la troupe.  Elle sera engagée par le cabaret Arizona au Caire puis au Méridien, au Mena House et au Gezira Sharaton.  Elle est réputée pour ses numéros de danse orientale durant parfois jusqu’à 2 heures.

Elle aussi jouera dans plusieurs films mais aussi dans des feuilletons télévisés très populaires.

Fifi Abdou a été fortement critiquée par certains Égyptiens car son style de danse était vu comme contraire aux principes de l’Islam.

D’ailleurs, elle a souvent eu à se présenter devant les tribunaux. En 1991, elle est jugée coupable de « mouvements dépravés » par le tribunal du Caire et condamnée à trois mois de prison.

Fifi Abdou se marie cinq fois et élève trois filles. Liée d’amitié avec son idole Tahia Carioca, elle adopte sa fille à la mort de cette dernière. Elle serait une des femmes les plus riches d’Égypte et soutient par ses dons des associations pour les pauvres du Caire.

Fifi Abdou n’a jamais pris de cours de danse et dit avoir une inspiration innée pour tous ses mouvements.

Cela lui vaut des critiques à propos de sa techniques et de son répertoire limité de mouvements.

Fifi Abdou danse toujours en improvisant, principalement avec des mouvements forts de bassin et de ventre très contrôlés.

Bonne journée à vous tous!  Aïcha 🙂