UN VOYAGE EN TURQUIE : Foça et Izmir !

Suite de notre premier voyage en Turquie, accompagnés d’élèves de l’Académie de Danse Orientale de Québec.

FOÇA et les terribles moustiques

Vendredi, 18 août : départ pour Foça.  Nous avons trois chambres réservées au dessus d’un café.

Cependant, cela m’inquiète un peu à cause du bruit. Nous aviserons sur place…  

DÉCOUVERTE DES LIEUX

Le groupe arrive à l’heure prévue, dans ce charmant port de mer.

Nous retrouvons l’hôtel sans peine. En outre, la réception est magnifique avec d’épais murs de pierres.

DÉCEPTION

Mais dès que nous montons à l’étage, je déchante.  En d’autres termes, on dirait un appartement miteux d’un quartier pauvre de Montréal.  Heureusement que nous n’y passons qu’une nuit.

EXPLORATION

Nous sortons nous promener sur les quais.  Mais, le vent souffle sans répit. 

Surtout, il est si chaud que j’ai l’impression que mes verres de contact fondent sur mes yeux.  En outre, je dois sans cesse les hydrater.

DISTRIBUTION SURPRISE

Après notre promenade, nous mangeons au café de l’hôtel mais nous n’avons pas très faim.

Roça, village portuaire de Turquie

Pendant le repas, le propriétaire nous distribue des produits contre les moustiques. 

Après cela, je regarde mon époux d’un air entendu.  Pour clarifier, cela ne me dit rien qui vaille et lui non plus.

LA JUNGLE

Et ensuite, comme nous commencions à nous en douter, quand nous remontons à nos chambres, celle-ci est remplie de moustiques. 

En attendant de nous coucher pour la nuit, je tue tout ce que je trouve.  Je m’étends, emplie d’appréhension.

C’est-à-dire que je suis certaine que les fenêtres ne sont pas étanches. 

TROUBLES DU SOMMEIL

Par exemple, il faut mentionner que les moustiques, jusque là absents de notre voyage, sont nombreux dans cette ville. D’autre part, cela est dû à la présence d’un affluent à proximité de la cité.

En effet, nous dormons très mal.  De plus, ajouté au vrombissement perpétuel des moustiques, il y a un groupe de fêtards qui chante jusqu’aux petites heures du matin, juste en bas, dans la rue.

QUITTER AU PLUS VITE

Nous nous levons tôt car nous avons hâte de quitter cet endroit plus qu’ordinaire. 

Cependant, à la lumière du jour, les murs de la chambre apparaissent emplis de petites taches rouges. Voilà la preuve de notre contre-attaque meurtrière envers ces bibittes détestées.

IZMIR 

Samedi, 19 août : départ pour Izmir, ville de deux millions d’habitants. 

Nous sommes attendus à l’hôtel Antik Han, petit hôtel installé dans une demeure ottomane restaurée sommairement. 

DEMEURE OTTOMANE

Nous découvrons un jardin sublime, sorti d’une autre époque.

Les chambres sont propres mais les planchers sont recouverts de tapis.  Par contre, l’endroit est sec. 

Alors, nous déposons nos valises et partons à l’aventure.

CHERCHONS AIR FROID !

Il y a un centre d’achats luxueux donnant sur la mer près de l’embarcadère de Pasaport (prononcer « Passaporte »). 

Par conséquent, nous cherchons toutes les boutiques climatisées car il fait 41°C. 

De même, nous buvons le contenu de dizaines de bouteilles d’eau. 

Cependant, nous longeons le bord de la mer sur la promenade Kordonbuyu (prononcer « Kordonnebouyou »).

L’ITALIE EN TURQUIE

Finalement, nous découvrons un resto italien et décidons de nous y arrêter.

Pendant notre repas, un orchestre s’installe et une chanteuse nous charme de sa voix magnifique.

AU DODO !

Après ces moments apaisants, le sommeil sera le bienvenu car nous sommes tous fatigués par cette randonnée.

… à suivre

Bonne semaine !  Aïcha 🙂