UN VOYAGE EN TURQUIE : Selçuk et ses cigognes !

Suite de notre premier voyage en Turquie, accompagnés d’élèves de l’Académie de Danse Orientale de Québec.

SELÇUK, ville des cigognes

 Dimanche, 20 août : départ pour Selçuk. 

Par conséquent, je suis légèrement emplie d’appréhension car Louis vient de me dire que c’est le moins cher des hôtels. 

C’est-à-dire que je ne sais pas à quoi m’attendre… Surtout après la nuit que nous venons de passer !

PAUVRETÉ

De plus, pour s’y rendre, nous passons par des ruelles très étroites et sales.  Donc, j’ai l’impression d’entrer dans le quartier le plus pauvre de la ville.

SURPRISE

D’autre part, nous trouvons l’endroit. Mais, dès que nous franchissons le portail, toutes mes craintes tombent d’un coup. 

L’EDEN

Nous sommes au paradis terrestre.  Un jardin composé d’arbres fruitiers luxuriants dont des grenadiers, des limiers et des citronniers, s’offre à notre regard admiratif. 

PAIX, EAU ET OMBRE

Premièrement, à l’ombre de parasols,  de petites tables rondes et des chaises confortables nous invitent à goûter la paix des lieux. 

PLAISIR

Puis, tout près d’un sofa aux multiples coussins, un bassin d’eau nous calme de ses glouglous réguliers en nous promettant des heures de repos plaisantes . 

Ensuite, toutes les chambres donnent sur la cour, véritable jardin d’Eden. 

TROUVAILLE

Après cette belle découverte, nous montons à l’étage pour trouver de merveilleux petits repaires chaleureux et admirablement décorés, dotés de planchers de céramique. 

En conséquence, nous sommes véritablement enchantés et conquis.

DES CIGOGNES !

De même, en ressortant de ma chambre, accoudée au balcon, je surprends un long vol de cigognes.  Le plus important, c’est que tant de beauté m’émeut au plus profonde moi. 

Nid de cigognes

VISITE INSTRUCTIVE

Aujourd’hui, lundi,  nous devons visiter le plus intéressant musée de Turquie.

Mais avant, nous faisons un super crochet vers un autre lieu.

Par conséquent, nous allons à  Éphèse, fondée au IVe siècle avant J.-C. 

En outre, elle est réputée comme étant l’un des plus intéressants sites archéologiques du monde.

QUELLE CHALEUR !

Mais, à notre arrivée, le mercure a déjà atteint 45°C et à certains endroits sur le site, il fait 50°C. 

En d’autres termes, je suis presqu’au bord de la panique tellement j’ai chaud.

SOLUTION INGÉNIEUSE

Le plus important est que mon époux merveilleux m’achète un parapluie afin de me protéger du soleil. 

Puis, Caro et moi, nous couvrons de lotion solaire (elle est blonde, je suis rousse) et nous nous armons de bouteilles d’eau. 

 RUINES REMARQUABLES

Nous visitons un théâtre grec, une bibliothèque et des maisons en terrasses.  Magnifique!  Fabuleux! 

De plus, aucune photo ne rend justice à la majesté des lieux. 

Et aucun mot n’est assez fort pour décrire la beauté du site.  Il faut voir ça au moins une fois dans sa vie et je remercie la Vie pour toute la chance que j’ai.

MALAISES

D’autre part, malgré nos précautions, Caro fait un coup de chaleur et nous prenons soin d’elle jusqu’à ce qu’elle aille mieux. 

De plus, le groupe me fait remarquer que je suis toute rouge et très essoufflée.  Finalement, nous avons hâte de retrouver la climatisation du mini-van pour nous diriger vers notre dernier lieu à voir absolument.

ENFIN LE MUSÉE

Lors de la visite du musée, la chaleur s’estompe enfin et nous pouvons nous laisser aller à la joie de toutes ces découvertes instructives. Que de beautés existent en ce pays !

IMPRESSIONNANT

En attendant, sur le chemin du retour, je suis frappée par la grosseur des nids de cigognes, situés tout en haut des poteaux bordant les rues de la ville.

À NOUS, LE PARADIS

Pour terminer, nous retrouvons avec joie le calme et la fraîcheur de notre merveilleux jardin.